La grotte du Pech d'Amont

 

 

Contexte :

 

Le Pech d'Amont est un lieu dit situé à quelques kilomètres d' Assier, sur la route de Reyrevignes.

Géologiquement, c'est une zone de bordure de Causse où se côtoient les terrains imperméables du Trias et les causses du Jurassique caractérisés par leur aridité.

Les ruisseaux coulant sur les marnes se perdent et continuent leur chemin vers la vallée du Célé. (Font del Pito/Corn/Diège/Boussac)

 

 

Historique :

 

Au cours d'une prospection en juillet 1985, Ad. Kadlecsovics et D. Lapeyre découvrent un trou à renard en interstrates qui aspire fortement. La cavité se situant à une centaine de mètres de la perte du Cayré (aval du lac du même nom), une rapide désobstruction mène à une étroiture dominant un petit puits impénétrable.

Quelques temps plus tard, nos moyens de désobstruction étant limités, nous appellons à la rescousse un ami qui habite à proximité (O. Gautier). Finalement, avec l'aide de B. Blon, D. Valade, R. Perrier, une ouverture plus aisée est ouverte, puis le haut du puits est dynamité.

Une galerie d'une centaine de mètres est visitée donnant sur une vaste salle avec des diverticules. Un gisement préhistorique est mis à jour avec poteries, ossements humains, murs..... les services de l'Etat (DRAC) sont alertés et organisent une fouille de sauvetage.

En fin d'année, les désobstruction reprennent dans la partie la plus basse de la cavité. Le travail est fastidieux et consiste à suivre le courant d'air sensible qui s'insinue à travers de gros blocs. Une rivière souterraine est rapidement découverte, mais nous sommes bloqués par les rochers qui occupent la galerie et qu'il faut dynamiter pour nous frayer un passage.

Au cours de l'hiver 1986, nous atteignons la "salle Thierry " (T. Pasquet, D. Lapeyre) qui n'est en fait qu'un petit agrandissement d' 1.5m de hauteur pour 2m de longueur. Cette salle nous pemet de sortir de la boue et de l'eau glaciale dans laquelle nous rampons depuis une trentaine de mètres... ceci dû à une petite crue. Arrêt sur une suite hors blocs, mais avec trop d'eau pour continuer cette fois là.

La suite sera explorée 15 jours plus tard à la faveur d'une accalmie des précipitations. Après la "salle Thierry", un passage rampant de quelques mètres permet d'atteindre une escalade d'une dizaine de mètres de hauteur aboutissant dans de grandes salles bien concrétionnées sur plusieurs centaines de mètres.

De nouveau, la petite rivière est retrouvée, entrecoupée de deux voutes mouillantes désobstruées pour faciliter le passage. Arrêt ce jour là dans un coude d'une belle galerie de 5 mètres de hauteur sur 3 mètres de large dans laquelle serpente la rivière. (O. Gautier, D. Lapeyre, T. Pasquet, Ad. Kadlecsovics, C. Ozan)

La suite est explorée par D. Lapeyre et C. Ozan. La confluence avec la perte Abois est trouvée et à peine remontée (100m). Dans l'aval, la rivière Abois se poursuit par une grande galerie avec un affluent en rive gauche. Nous explorons sur plusieurs centaines de mètres, arrêt dans un méandre de la rivière pour laisser aux autres les joies de la découverte.

Plusieurs séances de désobstruction permettront d'agrandir et améliorer le confort pour la progression dans le chaos et les voutes basses.

La suite de la rivière sera explorée conjointement par les clubs de Gourdon (GS Bouriane) et SICRAL sur environ 2 kms jusqu' à un siphon sous trémie....quelques centaines de mètres en amont de la future grotte du Cirque que l'on découvrira en 1990 ...

 

Topographie 1989 ici  

Topo zone d'entrée ici (fichier 2015)

Pa dl 1

Accueil

×